24/01/2007

P'tain d'gens!

 

Après avoir subi toute une après midi les huées et les vociférations lointaines des gueulophones, vient le moment de la sortie tant redoutée.

 

On vous a prévenu: portes verrouillées, fenêtres fermées, surtout ne vous arrêtez pas, ne leur parlez pas!

 

Euh… oui, mais je vais quand même pas leur rouler dessus?

 

"Shame on you!  Shame on you!" le tumulte se rapproche.

 

La rue n'est pas pavée de bonnes intentions, la confrontation est inévitable, elle sera directe et maintenant je sais...!?

 

Oui, je sais l'effet que fait une meute déchaînée, à peine retenue par un cordon policier, des vagissements plein les oreilles et des doigts menaçant plein les yeux.

 

Comment vous dire, on se sent…. Seul!

Oui, c'est le (seul) mot.

Complètement seul malgré les 10 voitures qui vous précèdent et les 10 autres qui vous suivent. Les secondes s'égrènent trop lentement et vous n'avez jamais autant apprécié la police qu'en ce jour de débordement.

 

Mais malgré tout ce tapage, croyez vous vraiment que je me sente coupable de ne pas me sentir coupable? Ben non, même pas!  Pourquoi, je devrais?

23:11 Écrit par *Bugs* | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

he bé Je sais pas exactement ce que tu traverses, mais ça n'a pas l'air folichon, bon courage!

Écrit par : Gwendoline | 26/01/2007

Allo ? c'est la révolte des âmes, du coeur.. ?
La tempête interstellaire ou un embouteillage mal embouteillé ?
;)
bisous cher bugs

Écrit par : gaYa | 26/01/2007

Les commentaires sont fermés.