06/06/2007

Grinçage – crissage.

 

L'atmosphère lourde, chargée de non dis et d'électricité était perceptible depuis longtemps.

La seule vraie question était finalement quand l'orage allait-il éclater et qui serait éclaboussé.

Quelle ambiance mes amis, quand Ritale pète un câble en pleine réunion, suivie à grand pas par Top Modèle, quelle libération de frustrations.

 

Chef, trop occupé à reluquer le 85 C de Stagiaire n'a bien entendu rien vu venir.

Que d'éclaboussures mes amis, j'en ai même retrouvé jusque dans mon slip. Mais c'est chef qui en a le plus reçu, tellement que ça gênait sa vue sur pigeonnier.

 

Pppfff j'te jure, elles ont même réussi à m'énerver pendant au moins 2 heures ces connes.

 

Donc le lendemain quand je suis arrivé tout guilleret au boulot et que je me suis refait éclaboussé (à tord) par Ritale qui n'avait pas desserrée des dents de toute la nuit, j'ai décidé que la tourmente ne m'atteindrait plus. Et c'est vrai j'ai passé une excellente journée, faite d'immobilisme, de mauvaise foi et de têtes assombries mais qu'importe.

 

Non, ce qui m'a vraiment énervé, c'est le surlendemain (soit ce matin, vous suivez tjs?), quand arrivant tout guilleret au boulot, je me suis re-refait éclaboussé par Top Modèle en personne, mais cette fois ci, en grand seigneur il faut l'admettre, j'étais en partie en tort.

 

Etait-ce la répétition ou le fait d'être en tort? Je ne le sait pas, toujours est-il que l'immobilisme, la mauvaise foi et les têtes assombries de la journée ont passablement miné mon stock de bonne humeur.

 

Bref, on n'a pas fini de rigoler, vivement demain matin! Quelqu'un aurait un parapluie à prêter?

23:18 Écrit par *Bugs* | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.